Real Time Web Analytics

17 novembre 2020

A 53 ans d'intervalle

Dans une étude sur la partie orientale de la haute ville du Havre parue dans les annales normandes en 1971, une partie était consacrée aux commerces en 1967. Une carte repérait les différentes sortes de commerces alimentaires. J'y ai ajouté, quand c'était connu, l'identification de ceux-ci, et cela fait ressortir une densité très importante par rapport à ce qui existe aujourd'hui.

Voilà la carte en 1967, compétée des identifications.




Et celle des commerces alimentaires existants en 2020. 
Les nouveaux ou ceux qui ont changé sont entourés de pointillés.


Le contraste est spectaculaire. 
Il n'y a plus de poissonnerie, il ne reste que 2 boucheries, 8 boulangeries, 5 cafés, et très peu d'épiceries.
Ce n'est pas propre à Aplemont et Frileuse. On ferait la même chose dans d'autres quartiers et pire, en centre ville, ce serait tout aussi édifiant.

Il y a dans l'étude la carte des commerces non alimentaires, dits "anomaux". La comparaison est similaire et  je la présenterais sans doute plus tard. 
Pour l'ensemble, voilà un tableau par types de commerces existants en 1967.

Pour ceux que cela intéresse, l'étude est consultable en ligne (ICI)

1 commentaire:

  1. C’est bougrement intéressant toutes ces pages, j’ai mis le lien dans mes favoris et j’y retournerai pour lire tout ça plus complètement et tranquillement car cette une véritable thèse ! Mais sans encore l’avoir lu le fait que les petits commerces disparaissent est inquiétant pour toutes villes. Le jour où il n’y en aura plus ce sera trop tard et nous sommes tous, à des degrés divers, responsable de cette situation, car on préfère perdre une matinée à se rendre dans un supermarché et « faire le plein », plutôt que de sortir un peu tous les jours pour aller à la boutique du coin, bien que moi désormais c’est la seule possibilité qu’il me reste étant maintenant piéton. Alors je n’ose imaginer le jours où les rues seront vides de tout commerce.

    RépondreSupprimer