Real Time Web Analytics

08 septembre 2020

Il y a 87 ans,

Le 8 septembre 1933, était officiellement créée la Paroisse Saint-Paul Sainte-Honorine du Havre.

Aplemont est en plein essor et il n'existe pas encore de lieu de culte sur le quartier. C'est à Graville que doivent se rendre les habitants pour les pratiques religieuses. 

Le 20 avril 1930 (Dimanche de Pâques), une première messe a lieu dans la chapelle du Foyer Transatlantique qui vient d'être créé rue des Merles.  Le premier baptême sera noté sur le registre de catholicité le 15 janvier 1931.

Ce lieu est encore trop exigu et trop excentré pour la population qui grandit. 

Le 4 Juillet 1931, l'Abbé Colmar, vicaire nouvellement nommé à Graville, prend en charge le quartier d'Aplemont. Une chapelle va être aménagée dans une grange rue Henri Martin (aujourd'hui Paul Gerling). Le premier baptême y sera noté sur un nouveau registre le 5 septembre 1931.


Par Ordonnance du 8 septembre 1933, l'Archevêque de Rouen a érigé en église paroissiale de second ordre la chapelle de secours de Saint-Paul du Havre avec le titre de Saint-Paul Sainte-Honorine et a nommé curé de la paroisse Saint-Paul d'Aplemont, l'Abbé Gaston Varignon.

L’Évêque de Rouen s'adressait ainsi aux paroissiens:

"...Nous avons fondé la paroisse de Saint-Paul, sur les hauteurs de Frileuse et d'Aplemont, entre les rues de l'Abbaye, Ludovic Halévy, des Saules dans le quartier Saint-Georges, d'une part et Rouelles, Harfleur d'autre part. 

Jusqu'en 1921, c'était la pleine campagne, avec sa solitude. Maintenant c'est une petite ville très vivante, où grandit un peuple d'enfants.

Le vent du large balaie ce plateau; il y apporte un air un peu froid en hiver, mais salubre. Dès qu'un rayon de soleil brille, il inonde sans obstacle les toits rouges de ces rues récentes, qui portent des noms de fleurs et d'oiseaux. La Société Havraise des Logements Economiques a construit toutes ces maisons entourées de jardinets. Lorsque viennent le printemps et l'été, le spectacle en est plein de charme.

Du côté d'Aplemont, les maisons ont un autre aspect. Construites souvent par leurs propres habitants, elles offrent la preuve de ce souci contemporain de vivre chez soi, sans dépendre de personne, avec la faculté de pouvoir embellir à l'aise son foyer.

Que manque-t-il donc à ces cinq mille âmes groupées sur le Plateau ? Ce qui fait le cœur d'une cité, son foyer moral, une église, un centre de vie supérieure et divine. 

Ces braves gens sont presque tous des ouvriers. Ils ne la construiront pas seuls. Ah ! qu'elle est désirée par les deux tiers au moins de cette population, en attendant de l'être par le dernier tiers ! Comment voulez-vous que les mères de ces familles presque toutes nombreuses, trouvent le temps de faire une longue route et d'abandonner leur foyer pour chercher la messe à de longues distances ? Où leurs enfants trouveront ils dans un catéchisme l'instruction et l'éducation religieuses sans lesquelles ils grandiraient comme de petits sauvages ?..."

Texte complet à lire (ici)

Plus qu'une chapelle, c'est une véritable église qui doit se construire ici. Pour cela, l'Abbé Varignon y mettra toute son ardeur et devra convaincre les donateurs pour la construire. Le terrain offert par Georges Ancel est disponible au nord de la grange à l'angle de la rue Henri Martin et des Dahlias. Les plans sont établis par Alfred Nasousky, l'architecte de Sainte Cécile, Saint Léon, Sainte Anne, Notre Dame de Bonsecours. Elle ressemblera à celle de Sainte Adresse et se nommera église St Georges, le prénom du donateur du terrain.


 
Le 15 juin 1938, la première pierre de l'église Saint Georges est  posée... Mais la seconde ne le sera pas; la guerre déclarée en 1939 anéantira ce rêve.

Pour compléter ce billet: consultez le dossier thématique Eglise Saint Georges (ICI)

3 commentaires:

  1. L’histoire de cette église ne fut pas simple, tout comme la période où elle devait être construite. Elle a vu le jour après la guerre mais c’est grâce à l’obstination de l’abbé Varignon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais pas au même endroit et dans des proportions plus modestes et plus fonctionnelles.

      Supprimer
    2. ... tout à fait, tu fais bien de le préciser !

      Supprimer