Real Time Web Analytics

12 septembre 2017

Anecdotes en vitrine - Au magasin de mariages

Aurélia mariages, 134 rue de Paris


Le papier était froissé comme si elle avait tenu serré dans sa main très longtemps, son nom à elle était lisible, mais pas celui du magasin, délavé sous une tache bleue.
Je devinais l'adresse, rue de Paris, moi j'habite derrière Sainte-Cécile. Je suis maquilleuse. Avant je travaillais dans le cinéma, maintenant je suis à mon compte, je m'occupe des gens âgés ou malades, ça me fait plaisir de leur donner de la beauté, sinon de la santé.
Elle c'était une fidèle. J'aimais son air mutin, sous ses cheveux blancs.
J'ai déballé mes pinceaux mais elle m'a arrêtée. 
Le maquillage pouvait attendre, a t'elle dit.
Ce qu'elle voulait, c'était que j'aille chercher quelque chose. 
Elle m'a tendu le papier avec un rire juvénile.
Je suis allé aussitôt au magasin la vendeuse est jolie et souriante. 
Elle regarde le reçu d'un air incrédule. "C'est bien ici, murmure t'elle. Mais…"
"Attendez, ajoute t'elle. Maman tu peux venir un instant?"
La patronne prend le papier, ses doigts tremblent. "oui, c'est  bien ici", dit-elle.
Elle part dans l'arrière boutique, puis revient portant une housse qui sent la naphtaline.
"Elle n'est jamais venue la chercher. Elle avait payé pourtant. Tous les essayages étaient bons. Ça doit faire trente ans, je venais d'ouvrir, je me souviens."
Elle regarde tendrement sa fille.
C'est moi qui l'ai aidé à mettre sa robe de la dentelle de Calais précieuse.

Sur la photo, les joues roses, elle resplendit aux cotés du mari qu'elle a rencontré à la maison de retraite.

voir sur google (ICI)

1 commentaire: