Real Time Web Analytics

18 août 2017

Anecdotes en vitrine - Chez le maroquinier

Toute une histoire, 59 rue paul Doumer


Il  me répète tout le temps que je suis son havre. Mais aujourd'hui j'ai  besoin d'aide. Tout a été si soudain.
A peine ses yeux sur moi je me suis sentie invisible et j'ai fondu dans ses bras. Il a investi tous les recoins de ma chair.
Ecoutez, madame. Qu'il m'appelle, me siffle, je dirais plutôt, et  j'abandonne tout, travail, mari et enfants pour me trainer, zombie, jusqu'à ses pieds. On dirait qu'il me tient en laisse. Ce n'et plus moi, J'ai l'impression que je fuis de toute part. Mais Dieu, que je l'aime l'entendre me susurrer que je suis son havre!
Madame. Aidez-moi. J'aimerais passer. Je porterai un loup, dans votre émission, non, pas de masque.
Demander pardon à visage découvert à mon mari et à mes enfants. Un point de non-retour.. Ce n'est qu'à ce prix que je parviendrai à m'extirper de cet amour rapide et brutal, presque à chaque fois me laisse en vrac, corps et âme. Car j'y prends goût. De plus en plus. Alors qu'on m'aide! Ne pleurez pas, madame. Vous n'êtes pas à  l'émission  Toute une histoire mais dans un magasin rue Paul Doumer. Je ne suis pas à la Télé? Et je ne suis pas Sophie Davant, mais la propriétaire du magasin de Maroquinerie Toute une histoire au Havre. Au Havre? Mais qu'est-ce que je fiche au Havre? D'ailleurs, apparemment vous l'ignorez, l'émission n'existe plus Désormais, il n'y a plus qu'un seul Toute une histoire, mon magasin. C'est une sensation tellement agréable d'être le havre de quelqu'un.

Site internet (ICI)

2 commentaires:

  1. Y aurait-il 500 boutiques comme ça ? Non, quand même pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne donnes pas une idée pareille, ça deviendrait lassant.

      Supprimer