Real Time Web Analytics

26 juin 2013

La galerie d'Aplemont n'est plus


Ce magasin emblématique d'Aplemont vient d'être rasé après le décès de son propriétaire.


C'était un grand bazar et on y trouvait toutes sortes de bricoles... du sol au plafond!


Retour sur ces vues: (Ici)
Un aperçu de ce que c'était (ICI)

Bientôt à la place, une pharmacie.


10 commentaires:

  1. Vraiment triste... heureusement que tu as pris des photos...
    De toute façon ça n'aurait plus été un bazar, mais pourquoi avoir rasé le bâtiment ?

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens aussi des boîtes de chaussures empilées par dizaines jusqu'au plafond !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les boites de chaussures jusqu'au plafond, ce n'était pas dans ce magasin mais chez un marchand de chaussure qui était situé en face du château d'eau avenue paul Bert.

      Supprimer
    2. Ah ben merci ! j'avoue j'étais quand même petite pour bien m'en souvenir, mais je me souviens bien des trucs suspendus !

      Supprimer
  3. Tout comme chichi, je ne comprends pas la démolition du bâtiment, certes ce n'était pas une œuvre d'art, mais il me semble qu'il aurait pu convenir pour y installer une pharmacie non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que non, c'était la solution la plus radicale car c'était fait de rajouts bricolés avec un fatras pas possible à l'intérieur plus de l'amiante un peut partout... Bref pour une pharmacie il faut que ce soit clean.

      Supprimer
  4. Ok je comprends mieux, merci Gérard !

    RépondreSupprimer
  5. je fréquentais cette boutique fin des années 70.... (papier-peint etc...) et, généralement, on trouvait ce que l'on cherchait !!

    RépondreSupprimer
  6. Je me rappelle y avoir été une fois ou deux lorsque j'habitais à Rouelles.
    Oh, il y a bien ... 35 ans !!!

    RépondreSupprimer
  7. C'est une histoire qui disparait. On ne pouvait rester insensible à ce magasin et aussi aux commerçants. Je me souviens y avoir été , cette dame derrière le comptoir, et ce monsieur qui allait en arrière cour couper le carreau, c'était un dimanche matin.

    RépondreSupprimer